Un medley de Mike Brant, né le 1 février 1947

Le chanteur est décédé en pleine gloire le 25 avril 1975, à l’âge de 28 ans, après une chute depuis le sixième étage d’un immeuble parisien.

C’est à Chypre que naît Moshé Michaël Brand Sela. Très jeune, il chante dans une chorale de synagogue dont il est le seul garçon. A 15 ans, avec son frère cadet Zvi, accordéoniste, il monte un duo, Les Chocolates. Mike affirme à sa famille qu’il se voit devenir « vedette… ou clochard ».

Un medley de Mike Brant, né le 1 février 1947

Arrivé en France, l’enregistrement de « Laisse-moi t’aimer » est particulièrement laborieux : il faut 260 séances à Mike Brant, cornaqué par Jean Renard et Jean-Claude Vannier, pour parvenir à mettre en boîte son premier 45-tours.  Favorablement accueilli par les plus grands animateurs-producteurs français de l’époque (Jacques Martin, Philippe Bouvard, Guy Lux…), le chanteur multiplie les passages sur les ondes et devient rapidement la coqueluche du public français. Sans entourage proche, il est quelque peu déboussolé par l’hystérie de ses admirateurs (et surtout admiratrices). Charles Talar le fait circuler en Mercedes blindée.

Un medley de Mike Brant, né le 1 février 1947

En 1974, au faîte de sa popularité, Mike Brant frôle une première fois la mort : le 22 novembre, il tente de se suicider en se jetant du cinquième étage d’une chambre d’hôtel à Genève. Ses chaussures à talon se prennent dans une rambarde au troisième étage et freinent miraculeusement sa chute. Le chanteur s’en tire avec des fractures aux jambes et un nouveau traumatisme crânien, qui n’arrange pas son état physique. Le 25 avril 1975, Mike Brant se jette de la terrasse de l’appartement d’une amie. Cette nouvelle tentative de suicide lui est fatale : le chanteur meurt sur le coup. Il est inhumé à Haïfa le 7 mai, tandis que « Dis-lui » se vend à plus d’un million d’exemplaires.

Laisser un commentaire