On vous emmène sur l’île de Porquerolles

L’île de Porquerolles se situe au large de la presqu’île de Giens dans le département du Var. C’est la plus grande des 3 îles d’Hyères (également surnommées îles d’Or), les deux autres étant Port-Cros et l’île du Levant. Auparavant privée, elle appartient à ce jour à plus de 80 % à l’État. Ce dernier a souhaité l’acquérir en partie afin de la préserver contre le développement. Aujourd’hui, elle fait partie du Parc national de Port-Cros. L’un des onze centres nationaux de protection de la nature et de la biodiversité de la France. Ses activités principales sont la randonnée, le vélo, la plongée et la visite de ses plages paradisiaques.

On vous emmène sur l'île de Porquerolles

Longue de 7km et large de 3km, c’est l’île la plus habitée et la plus visitée. Elle est située sur le même parallèle que le Cap Corse, elle jouit donc des mêmes privilèges climatiques : un ensoleillement presque quotidien (+ de 300 jours de soleil par an), des hivers assez doux (rarement en dessous de 0°) et des étés chauds délicieusement rafraîchis par l’air marin. Au nord, trois superbes plages offrent sables fins, rivages en pente douce et mer d’une pureté exceptionnelle.  Au sud, les falaises tombent à pic dans la mer, c’est un relief escarpé où se succèdent calanques, pointes, gorges, caps et petits monts. Vous pourrez admirer ce décor sauvage et grandiose depuis le phare, la vue s’étend sur 360° sur l’île et la mer…c’est à vous couper le souffle.

On vous emmène sur l'île de Porquerolles

Occupée successivement par les Celtes, les Ligures et les Phocéens, l’île de Porquerolles a connu une histoire mouvementée dont elle garde encore les traces grâce à des sites tels que l’Église Sainte-Anne, le fort Sainte-Agathe, le fort de la Repentance transformé aujourd’hui en monastère orthodoxe…

On vous emmène sur l'île de Porquerolles

Porquerolles abrite également le conservatoire botanique national méditerranéen dont la vocation première est de lutter contre l’appauvrissement du patrimoine génétique. On y retrouve donc des semences et cultures de plantes sauvages du bassin méditerranéen en voie de disparition ainsi que des collections variétales d’arbres fruitiers au service de la recherche agronomique.

Laisser un commentaire