Années 90ArtistesChanson FrançaiseExtrait concert

Live Bercy 1998 : Michel Sardou « Je vole »

Mes chers parents : je pars
Je vous aime, mais je pars
Vous n’avez plus d’enfant ce soir
Je n’m’enfuis pas, je vole
Comprenez bien : je vole
Sans fumée, sans alcool : je vole
Je vole

C’est jeudi, il est 5 heures 5. J’ai bouclé une petite valise, et je traverse doucement l’appartement endormi. J’ouvre la porte d’entrée en retenant mon souffle, et je marche sur la pointe des pieds, comme les soirs où je rentrais après minuit pour ne pas qu’ils se réveillent. Hier soir à table, j’ai bien cru qu’ma mère se doutait d’quelque chose. Elle m’a demandé si j’étais malade, et pourquoi j’étais si pâle. J’ai dit que j’étais très bien, tout à fait clair. Je pense qu’elle a fait semblant de me croire. Et mon père a souri…

En passant à côté de sa voiture, j’ai ressenti comme un drôle de coup. Je pensais qu’ce serait plus dur, et plus grisant. Un peu comme une aventure, en moins déchirant. Oh, surtout, ne pas se retourner. S’éloigner un peu plus. Il y a la gare. Et après la gare, il y a l’Atlantique. Et après l’Atlantique…

C’est bizarre cette espèce de cage qui me bloque la poitrine. Ça m’empêche presque de respirer. Je m’demande si tout à l’heure, mes parents se douteront qu’je suis en train d’pleurer. Oh, surtout, ne pas se retourner. Ni des yeux, ni d’la tête. Ne pas regarder derrière. Seulement voir c’que j’me suis promis. Et pourquoi, et où, et comment. Il est 7 heures moins 5, et je m’suis rendormi dans ce train qui s’éloigne un peu plus. Oh, surtout, ne plus se retourner. Jamais…

Mes chers parents : je pars
Je vous aime, mais je pars
Vous n’avez plus d’enfant ce soir
Je n’m’enfuis pas, je vole
Comprenez bien : je vole
Sans fumée, sans alcool : je vole
Je vole

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page