L’amoureuse érotomane de Véronique Sanson arrêtée après 20 ans de harcèlement.

Cette Brestoise de 59 ans avait eu le « Coup de foudre » pour la Star lors d’un concert il y a 20 ans. Depuis, elle harcelait Véronique Sanson par des courriers, des appels jour et nuit, des invectives. Elle parcourait régulièrement les 600 kilomètres qui la séparaient du domicile de la chanteuse et restait devant son domicile en vivant dans sa voiture.

Véronique Sanson va enfin pouvoir dormir sur ses deux oreilles. Harcelée depuis vingt ans par cette « fan » un peu particulière, la chanteuse a été ravie d’apprendre son interpellation (devant son domicile).

Pendant des années, cette fan a écrit de nombreuses lettres à son idole, dans lesquelles elle lui déclarait son amour, persuadée que cela était réciproque. Au cours de ces quelques semaines, son comportement est décrit comme « plus que déplorable », allant jusqu’à l’exhibition sexuelle. Quelques mois plus tard, en septembre, elle menace l’intendante de la propriété et lui assure qu’elle compte la crucifier.

Elle me fait comprendre dans ses chansons qu’elle veut que je vienne la voir.  

Supposée comparaître devant la 7e chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Versailles, la prévenue était absente. Elle a toutefois été maintenue sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre dans le département des Yvelines et d’entrer en contact avec Véronique Sanson.

 Je vais rester vivre en Bretagne. Et la première chose que je vais faire, c’est la tromper.

Selon une première expertise psychiatrique, la quinquagénaire aurait développé un délire érotomaniaque. « Il s’agit d’un processus qui fait qu’elle s’imagine être aimée par une autre personne, inaccessible, explique la personne proche de l’affaire. Elle voyait dans la star et dans les paroles de ses chansons des invitations à l’aimer. L’érotomanie passe par trois phases : l’espoir, le dépit et la rancune. Il semble que cette femme était arrivée à cette dernière étape. » L’issue d’un délire long de 20 ans.

Laisser un commentaire Annuler la réponse

Quitter la version mobile