Hugues Aufray sincère raconte ses souvenirs d’enfance pendant la guerre

Dans l’émission « 20h30 le samedi » de Laurent Delahousse, Hugues Aufray est revenu sur un épisode de sa vie qui l’a profondément marqué: sa jeunesse pendant la guerre mondiale. Il avait 11 ans et ses parents étaient divorcés.

Les cloches de l’église [ont sonné] partout, très fort. La guerre [était] perdue. Maman décide d’aller en zone libre le plus vite possible dans un village qui s’appelle Sorèze dans le Tarn. Elle décide de louer une maison où nous avons passer 4 années de guerre. La majorité des français souffrent à ce moment là. Nous, honnêtement, on ne souffre pas. On n’entendait pas les bombes, on ne voyait pas la guerre. Il n’y avait pas la télévision. On écoutait de la musique. On n’était pas malheureux. Un jour y’a un jeune homme qui frappe à la porte. Il se présente à ma mère.

  • Je m’appelle Edmond Meunier, je suis alsacien et je cherche du travail. est-ce que vous en auriez pour moi ?
  • Vous savez cuisiner?
  • Oui je sais cuisiner.

Ma pauvre maman souffre beaucoup du dos. Donc elle l’engage et il est chargé de faire la cuisine. C’était l’homme de la maison, d’une aide précieuse pour ma maman avec lequel elle a eu des relations chaleureuses et tendres.

Le jeune Edmond était juif. Bravant les risques, la mère d’Hugues Aufray a donc fait acte de résistance en acceptant de le cacher chez eux. Un épisode marquant auquel le compositeur/chanteur a fait référence dans sa chanson Petit Simon.

Laisser un commentaire